accueil  Agenda  mammalogie  ornithologie  mycologie  botanique  Livres  Nos parutions  revue de presse  oiseaux blessés  liens  les grues   le moteur de recherche du gatinais en dessous

 
 

Mot exact résultats par page


     

 

Un animal sauvage que faire ?

Les 41 centres composant L'U.F.C.S. recueillent partout en France les animaux sauvages, blesses, malades, mazoutes ou en difficulté pour les soigner en vue de les relâcher dans leur environnement naturel.

Avec ses 41 centres , L'U.F.C.S. représente un véritable réseau national du secours d'urgence a la faune sauvage.

Au delà de 1'image de cliniques pour animaux, 1'U.F.C.S. ainsi que les centres qui la composent recherchent et étudient les causes de destruction de la faune sauvage, et participent aux programmes de restauration d'espèces menacées dans leurs milieux.

Quelques conseils :

Vous trouvez un animal sauvage en détresse, manipulez le avec des gants ou en l'enveloppant dans un vêtement épais. Méfiez vous des serres des rapaces, du bec des échassiers, des dents et des griffes des mammifères ainsi que des pattes et des bois des cervidés.

- Placez le dans un carton avec du papier absorbant au fond, laissez le au calme.

- Ne placez pas un oiseau sauvage dans une cage ou un clapier ou il aggravera ses blessures et abîmera son plumage.

- Prévenez rapidement le centre le plus proche afin que l'animal soit soigne le plus vite possible. Au-delà de deux jours sans soins, les chances de relâcher un oiseau victime d'une fracture sont quasiment nulles.

- Ne lui donnez rien a manger ni a boire sans nous avoir téléphone préalablement pour nous demander conseil.

- Ne tentez pas de donner vous-même des soins qui pourraient laisser des séquelles.

- Les soins a la faune sauvage requièrent des connaissances et des installations particulières.

- Quelques gestes simples lui permettent de survivre ou de ne pas aggraver ses blessures.

- Si son aile est pendante, n'utilisez pas de sparadrap, immobilisez-la le long du corps avec du scotch, qui n'adhère pas aux plumes. Nettoyez la plaie avec du Mercryl uniquement.

- Ne le gavez jamais et ne le forcez pas a boire. Laissez a disposition des rapaces ou des mammifères
carnivores, quelques des de viande rouge crue.                                                            

Jeunes animaux :

- N'essayez pas de les élever vous-même : vous les priveriez de toute chance de retrouver un jour une vie sauvage et autonome.

- Ne perdez pas de temps : transportez les rapidement au centre le plus proche afin qu'ils ne souffrent pas ultérieurement de carences invalidantes.

Les faons de chevreuil et les jeunes rapaces nocturnes ne sont presque jamais abandonnes.
Pour les premiers, éloignez-vous rapidement et tentez de percher les seconds hors de portée des prédateurs
ou dans leur nid s'il est accessible.                                                                                                                                                            .

Sources : Site Internet www.uncs.org

Enfin, pour les oiseauxappelez dès que possible l'un des numéros suivants

                                                                        Mr CRICKBOOM à fontaine la gaillarde (89)                  03 86 97 83 42

                                                                        Damien BOUDEAU                 02.38.98.26.57

                                                                        Jean-Pierre MERAL                 02.38.92.84.66

                                                                        répondeur                                 02.38.07.06.65

 

Nous nous déplacerons le plus rapidement possible ou expliquerons la marche à suivre pour nous faire parvenir l'animal dans les meilleurs délais et en toute légalité.

Nous insistons sur le fait qu'il s'agit d'interventions bénévoles et gratuites.

Pour les grands mamifères contactez
la garderie de la chasse et de la faune sauvage (O.N.C.)

Vous remerciant par avance pour votre collaboration à la sauvegarde de la faune sauvage, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur,, en nos sentiments distingués.

Claude Lorpin